A vrai dire, sommes-nous réellement rentrés? Voilà plus d'une semaine que nous sommes en France, si les vélos sont dans nos garages, nous surfons à présent sur une vague de bonne humeur, de la joie de retrouver nos proches au bonheur d'observer partout où nous passons l'effet de ces dix derniers mois…

Ah la rue
Architecture Polonaise
ballade au bord de l
Beaucoup de touristes
Belle exposition lequel est Thomas
Belle mecanique
Belle palette de couleurs
Bizare
Charge d
Chateau de Prague
Demi finale Allemagne Turquie de Munich
Des allures du passe
Deuxieme effet kiss cool
drapeau_leton
eglise
eglise_orthodoxe
encore un pays
Encore une cathedrale
Etrange
fete_printemps
Immense
L
L
Le palmier de Varsovie sublime
le_dernier_coucher_de_soleil
Maison_des_tetes_noires
Merci yannick stade olympique
Munich stadium
Oh une cathedrale
Pas facile le retour
Prague vue de haut
Riga_beach
rue de Prague
Sur un ptit air d
Une place de Varsovie
Une ville autour de l
Ville au 100 clochers

      Le retour depuis «Leningrad» nous a menés sur les bords de la mer Baltique, puisque, sitôt arrivés à Riga, nous avons profité du soleil pour nous dorer la pilule sur des plages qui ont conservé un caractère très naturel en lisière de forêt. Du fait de la latitude importante, le soir tombant a éclairé les horizons d'un bleu délicieux qui nous a donné un aperçu des ambiances scandinaves. Nous gardons cette image dans un coin de notre tête. La seconde journée à Riga nous permis de découvrir une petite capitale très chaleureuse, le jour de la fête des fleurs… Nous avons ainsi croisé de nombreux jeunes, peut-être futurs mariés, arborant une couronne « végétale » sur la tête. Ni l'un, ni l'autre ne s'est osé à pareil costume...

C'est en bus que nous sommes arrivés à Varsovie. Varsovie, 'la romantique', totalement rasée au cours de la seconde guerre mondiale, elle cherche aujourd'hui à se faire une place entre les puissances russes et allemandes. Sans trop faire de bruit, nous avons été très charmés par cette capitale, et ce, jusqu’au petit matin, étant donné que nous y avons célébré la fête de la musique avec beaucoup de plaisir. Les couleurs des façades, l'université, une exposition universelle d'ours et la vie des berges nous ont séduits et nous avons pris beaucoup de bon temps avant de sauter dans un train pour Prague.

Une dernière nuit en wagon plus loin, nous débarquions non loin du château de la capitale de République Tchèque, dans une ville déjà bien 'rodée' à l'accueil des touristes. Prague ne manque pas d'atouts pour séduire ses visiteurs qui y trouveront une atmosphère médiévale bienfaisante. Deux jours entiers consacrés à la découverte de cet univers, avec l'écho de nos sapins qui commence à résonner dans nos petites têtes.

Lire la suite...

Encore une fois en vitesse, voici peut-être notre dernière nouvelle, en direct de St-Petersburg.

      Nous avons vu que les paysages que nous a offert la Mongolie vous ont énormément plus, et je dois dire, que cette petite pause de quatre jours dans cet immense pays, fut également pour nous, un pur moment de bonheur.

Allez_les_bleus_face_a_Italie
c
cathedrale de St Petersbourg
croisiere_sur_la_Neva
De rien les copains
fontaines_de_Peterhof
heureux
l
Lac Baikal
Le cheval facile en fait
Le_versailles_russe
Meandre creation
On_referme
Palais Peterhof
Pas laid
Paysages siberiens
Place rouge

Depuis, nous avons naturellement repris, non pas la route comme à l'accoutumée, mais le rail. Après une bonne trentaine d'heures, nous faisons halte à Irkoutsk, en Russie, tout près du lac Baïkal. Celui-ci, outre sa taille et sa profondeur (le plus profond du monde) nous rappelle les paysages jurassiens. Nous comprenons mieux aujourd'hui le surnom du département de notre cœur lorsqu'on l'appelle la petite Sibérie, la végétation, les lacs, et le vert que nous avons vu durant notre voyage de la Mongolie à Moscou, nous ont vraiment fait penser à nos racines jurassiennes que nous rejoindrons très bientôt. Qui dit lac profond et Sibérie, dit eau glaciale, qui, parait-il, selon les russes, fait rajeunir de 25 ans lorsque l’on si baigne. Peut-être pressés de retrouver nos mamans, nous n'avons pas résisté à l'envie d'y plonger, mais ce fut vraiment de courte durée, l'eau à 5 degrés, il faut être russe pour l'apprécier.

      Après cette petite pause d'un jour, nous reprenons notre ami le train pour 76 heures jusqu'à Moscou. Moscou, venons en, retour à la réalité au niveau du coût de la vie, les hôtels à un euro par personne semblent déjà bien loin. Une ville où plus qu'ailleurs peut-être, le "m'as-tu vu" est de mise… Des limousines partout et des russes toutes plus sophistiquées les unes que les autres. Au milieu de tout cela, nous peinons à trouver nos repères et nous nous contentons des monuments sublimes que nous offrent cette ville, avec notamment, le Kremlin et la place rouge.

Lire la suite...

      Voici, en direct d’Oulan-Bator, nos dernières nouvelles. Nous reprenons le train pour Irkoutz et le lac Baïkal dans à peine 2 heures, aussi excusez-nous pour ce court récit. Comme prévu nous avons donc embarqué dans le Trans-mongolien le 4 juin. La Chine et sa démesure resteront longtemps dans nos mémoires et nous en gardons des souvenirs fabuleux. Au terme de 36 heures de train, en classe « Hard Sleeper », comprendre couchettes dures, mais bien plus confortables que nos nuit en tente néanmoins, nous arrivons à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie. Durant ce long voyage, nous avons traversé la frontière mongole sans trop d’encombres mais surtout une partie du désert de Gobi et de ses paysages magnifiques. Ainsi, nos quatre têtes au hublot, nous n’avons manqué aucun moment de cette superbe traversée.

au bout du bout du monde
cap a  lOuest
changement de monture
Cowboy mongol
Des airs de Bugnon
en attendant chacha
gers locaux
jeux de couleurs
La mongolie
Master equitation en vue
Moulins a prieres
On embarque
On va chercher sa fille chez la nounou
Oulan Batar
oulan bator sous le drapeau mongole
Pas mecontant d
passage delicat
petite ballade mongole
Photo de famille atypique
Repos a l
Seulement 8 ans
tradition Piard

      Arrivés à Oulan-Bator, force est de constater que nous sommes loin des grandes steppes et de ces grands horizons mongoles. La capitale est une ville qui semble tomber en ruine, malgré la construction de nouveaux buildings. Enfin, une ville qui n’a rien à voir avec les mégalopoles chinoises, une ville qui respire la misère, une ville dont nous avions perdu le goût. En quête de paysages, nous partons donc rapidement en direction du parc national de Gorkhi-Terelj. Là, nous retrouvons la Mongolie des cartes postales et des reportages. Des étendues gigantesques, où, ça et là fleurissent quelques yourtes, appelées ici gers (yourtes étant l’appellation russe).

Nous changeons donc de montures et partons à la découverte de ces paysages magnifiques à cheval. S’il faut avouer que nous ne sommes pas très doués pour l’équitation, et que nous avons hérité d’un bon mal de fesses et de dos, il n’y avait sans doute aucun moyen plus en harmonie avec la nature, pour percer quelques secrets de cet univers sauvage. Après un jour de selle dans ces grandes steppes sauvages, découpées par des pics de granite, nous prenons un grand bain de nature et d’authenticité.

Lire la suite...